LA CRÉATRICE

Ceci est l’histoire de Boketto, racontée par Julie.

#JULIE

Je m’appelle Julie, j’ai 28 ans et je suis strasbourgeoise.

J’aime broder - tricoter - peindre - dessiner - coudre, du moment que mes mains me permettent de créer. Le mystère de la relation entre l’humain et l’inspiration me fascine depuis toujours. J'ai suivi un parcours étudiant assez ordinaire, un Bac S, un BTS Communications, pour finir par une École de Commerce. L’histoire continue par l’obtention d'un Master Finance en 2014, suivi d’un emploi dans un cabinet d’audit financier à la renommée internationale. Cette première expérience a duré un peu plus de 5 ans, et a été enrichissante professionnellement et personnellement. Elle m’a notamment donné l’occasion de vivre deux ans à Montréal, une ville extraordinaire et source d’inspiration inépuisable. 

Cette période d’expatriation a été un moment intense de remise en question, d’introspection et d’émerveillement, qui a marqué le début de l’histoire de Boketto. 

 

#COURAGE

 « Avez-vous le courage de donner le jour aux trésors qui sont cachés en vous? »

Comme par Magie, Elizabeth Gilbert (2015)

Montréal m’a donné le courage de sortir de ma zone de confort, et d’écouter la petite voix qui résonnait au fond de moi. Celle qui me chuchotait que je pouvais m’épanouir autrement. 

Je dois dire que la prise de conscience n’a pas été immédiate et a même été plutôt longue. Des milliers de questions ont traversé mon esprit. Finalement, que voulais-je faire de ma vie? 

Le mois d’Octobre 2018 a apporté des réponses à mes questions de manière assez étrange. Ce mois avait été physiquement et psychologiquement difficile, rythmé par des longues journées au travail, souvent très grises et pluvieuses. Un de mes seuls plaisirs était de porter mon chapeau préféré quand j’allais et partais du bureau. Je trouvais mon chapeau beaucoup plus stylé et pratique qu’un parapluie. Mais surtout, un sentiment feel-good m’habitait quand je le portais, je me sentais étrangement plus singulière et confiante. La journée pouvait commencer et se terminer sereinement sous mon chapeau. 

Je me suis réveillée un dimanche matin avec l’idée amusante d’apprendre à faire des chapeaux. Je voulais fabriquer des chapeaux avec lesquels je me sentirais bien et qui ne me quitteraient jamais. Déterminée par cette idée, je me suis inscrite à une formation donnée le week-end à Montréal. C’était idéal, ça fonctionnait avec mon emploi du temps, et j’y ai découvert une nouvelle passion. Cette activité a tout de suite résonné en moi : la beauté du savoir-faire, la noblesse des gestes et l’apprentissage d’un métier traditionnel en train de disparaitre. Je savais qu’il y avait quelque chose à construire de plus grand, qu’il était temps de prendre le courage de mener une existence créative. 

 

#RÉSONANCE

Décidée à mettre mon énergie dans un projet qui me ressemblait, j’ai commencé à lister toutes mes idées. Je voulais ralentir, privilégier l’artisanat, et partager l’expérience feel-good qui m’a donnée envie de fabriquer des chapeaux. 

Avant d’en parler à mon entourage, j'ai travaillé mon business plan, pour les convaincre de la pertinence et de la faisabilité de mon projet. Par dessus tout, je voulais que Boketto résonne en eux, autant qu’il résonne en moi. 

Le retour de mes proches a été une boule d'énergie positive incroyable, qui s’est traduit par de l’enthousiasme, des idées, des questions et un soutien sans limite. On a même fini par découvrir que mon arrière grand-mère paternelle était chapelière! Je n’ai pas de mot pour décrire ce que j’ai ressenti en l’apprenant, mais ça s’apparentait à une joie très intense. Ça m’a bizarrement réconforté dans l’idée que je prenais la bonne décision, c’est un peu le destin, non ? 

 

#BOKETTO

J’ai quitté Montréal en Juillet 2019, afin de revenir à Strasbourg. Cet épisode n’a pas été sans peine, mais largement compensé par le plaisir de retrouver ma famille et mes amis de longue date. 

J’ai aussi quitté mon travail en cabinet d’audit financier en Février 2020, afin de consacrer tout mon temps et mon énergie à Boketto. Cet épisode n’a pas non plus été sans peine, mais largement compensé par l’excitation d’une nouvelle aventure qui commence.  

Aujourd’hui, je suis à mille lieux de ma zone de confort, ce n'est pas toujours agréable, mais tellement gratifiant. 

Aujourd’hui, je me mets à nu en vous présentant Boketto, c’est déstabilisant, mais tellement stimulant. 

 

Boketto, l'art de regarder distraitement au loin.

Crédit photo: Auriane Perez